GTL-TAXI
Groupement national des entreprises de voitures de Taxis et de Location avec chauffeur

5-10-2017 - Les taxis d'Anvers devront passer aux énergies alternatives

Le GTL et l'APTU publient un Communiqué: "Une politique d’accompagnement sera indispensable pour atteindre des objectifs ambitieux".

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

Ecologisation accélérée de la flotte de taxis à Anvers :

 

Nécessité d’une politique d’accompagnement pour atteindre des objectifs ambitieux

 

Anvers, 4 octobre 2017 – Le secteur du taxi anversois soutient les ambitions de la ville pour limiter la pollution de l'air en adaptant les conditions d'exploitation des taxis. Cependant les représentants du secteur  insistent  qu’il ne  suffit pas d’imposer des conditions d'exploitation très strictes aux exploitants de taxis; une politique d’accompagnement serat indispensable pou surmonter les obstacles techniques et financiers pour passer à ded flottes de taxis écologiques.

Le vendredi 29 septembre, le collège des échevins anversois a approuvé un nouveau règlement des taxis et de police proposé par l’Echevin Koen Kennis. Outre un certain nombre d’adaptations techniques en de simplifications administratives, ceux-ci imposent de nouvelles règles qui tendent vers une accélération de l’écologisation des taxis anversois. Ces adaptations seront soumises au conseil communal le 16 octobre.

Voici ce qui est prévu :

  • - A partir du 1er janvier 2018, seuls les taxis qui roulent à une énergie alternative (électricité, pile à combustible, hydrogène, hybride plug-in, GNC) pourront revendiquer une nouvelle licence de taxi.

  • - A partir du 1er janvier 2025, cette obligation sera généralisée à toutes les licences de taxis.

Le secteur est conscient du fait qu’il peut faire office d’exemple dans le paysage urbain et il est prêt à relever le défi. Les exploitants flamands s’étaient d’ailleurs déjà engagés à transformer un minimum de 10% de leur flotte de taxis en véhicules électriques d’ici 2020 dans le cadre du projet flamand ‘Clean Power for Taxi’s’. Mais le secteur signale aussi les résultats d’une étude qu’il a fait réaliser par le centre de recherche à ‘Transport & Mobility Leuven’ cette année a démontré  que l’utilisation de véhicules électriques par les sociétés de taxis dans les circonstances actuelles (portée, infrastructure de rechargement, prix) est déficitaire pour les exploitants. Le passage aux carburants alternatifs (véhicules électriques dans l’étude) n’est faisable que si les pouvoirs publics prévoient suffisamment de mesures d’aide et d’accompagnement.

Il faut que la réconversion soit financièrement viable pour les entreprises. Des véhicules roulant aux carburants alternatifs sont beaucoup plus chers à l'achat que les véhicules classiques roulant aux carburants fossiles. Les entreprises sont par ailleurs obligées de récupérer l'investissement sur 7 ans (limite d'âge des taxis d'Anvers). « Qu’il n’y ait pas de malentendu, le secteur du taxi d’Anvers est partisan d’une conversion rapide vers des véhicules respectueux de l’environnement », dit Pierre Steenberghen, Secrétaire Général du Groupement National des Entreprises de Voitures de Taxis et de Location avec Chauffeur (G.T.L.). « On n’attend pas non plus d’un jeune enfant qu’il puisse rouler à vélo tout de suite à deux roues sans aucune aide ». A Munich, en Allemagne, par exemple, chaque kilomètre parcouru avec un taxi électrique est soutenu financièrement (la Ville y paie 0,20 Euro/kilomètre en charge au détenteur du taxi électrique).

De plus, l’utilisation de carburants alternatifs doit aussi être rendue possible dans la pratique. « Les taxis roulent 24 heures sur 24 et ne sont mis à l'arrêt que pour le nettoyage, le changement d'équipe du personnel et/ou pour faire le  plein. Il va de soi qu’une conversion totale vers des carburants alternatifs/électriques n’est possible que si une infrastructure de rechargement rapide est mise à disponible un peu partout dans la ville, étant donné le rayon d’action limité des modèles actuels.» fait remarquer Koen Van Oorschot, Président de l’Union Provinciale des Taxis Anversois (APTU). De plus, les taxis doivent disposer de bornes de recharge rapides, et ce alors qu’actuellement, en Flandre, on opte principalement pour une infrastructure de recharge de batteries lente ou semi rapide, ce qui entrave sérieusement l’utilisation optimele des véhicules.

Les exploitants de taxis

anversois espèrent que leur ville comprendra que ses ambitions ne peuvent être répercutées sur le secteur, mais qu’elle porte, elle-même, une importante responsabilité dans la transition vers des taxis écologiques.

Informations complémentaires :

Koen Van Oorschot

Président

APTU [Antwerpse Provinciale Taxi Unie]

Tel : 03/238 38 38

E-mail: koen.van.oorschot@antwerp-tax.be

Pierre Steenberghen

Secreétaire Général

G.T.L. [Groupement National des Entreprises deTaxis]

Tel : 02/245 11 77

E-Mail: psteenberghen@gtl-taxi.be

 

COMMUNIQUE DE PRESSE : Ecologisation accélérée de la flotte de taxis à Anvers : nécessité d’une politique d’accompagnement pour atteindre des objectifs ambitieux

 

 

 

Top