GTL-TAXI
Groupement national des entreprises de voitures de Taxis et de Location avec chauffeur

15-1-2018 - Communiqué de presse Front Commun des Taxis Bruxellois

Un cortège funèbre pour le défunt taxi bruxellois, victime d’une infection ‘ubérisante’

Communiqué de presse

 

Un cortège funèbre pour le défunt taxi bruxellois,

victime d’une infection ‘ubérisante’

 

Par cette action symbolique qui se déroulera dans les rues de Bruxelles ce mardi, le secteur demande au gouvernement bruxellois d’enfin agir contre la concurrence déloyale… s’il veut empêcher le taxi de mourir pour de vrai !

Bruxelles, le 15 janvier 2018 – Le secteur des taxis bruxellois est mal en point. Si le politique ne prend pas rapidement les mesures qui s’imposent pour mettre fin à la concurrence déloyale, le secteur risque purement et simplement de mourir, avec les conséquences néfastes que l’on imagine pour l’emploi, pour la mobilité et pour la sécurité sociale et les impôts. C’est pour cette raison que le Front Commun des taxis bruxellois organisera ce mardi 16 janvier un cortège funèbre symbolique à la mémoire du taxi bruxellois. Après un premier rassemblement à partir de 9h00 à la Place Poelaert, ce cortège funèbre emmènera le cercueil du défunt taxi bruxellois vers le Cabinet du Ministre-Président de la Région de Bruxelles-Capitale et déposera ensuite une gerbe au Parlement bruxellois.

« Le taxi bruxellois est décédé après une longue et douloureuse maladie suite à une infection ‘ubérisante’ et très contagieuse pour laquelle une cure existait, mais n’a pas été appliquée ». Voilà le diagnostic clair et net qui figure dans l’annonce mortuaire publiée aujourd’hui par le Front Commun des Taxis bruxellois. Bien sûr, il ne s’agit encore que d’une fiction. Mais ce scénario catastrophe pourrait hélas devenir une réalité si le gouvernement bruxellois ne prend pas rapidement action pour stopper la concurrence déloyale, notamment en empêchant des véhicules Uber, roulant avec une licence de voiture de location avec chauffeur, d’envahir Bruxelles illégalement.

« Heureusement, le secteur des taxis bruxellois n’est pas encore mort, mais il faut bien avouer que nous sommes de plus en plus inquiets quant à notre avenir. Par le biais de ce cortège funèbre symbolique, nous tenons à faire connaître notre inquiétude aux politiciens qui dirigent la Région mais aussi à toutes les Bruxelloises et tous les Bruxellois. Nous sommes demandeurs d’un Plan taxi qui permettrait de moderniser le secteur à Bruxelles, mais à condition que ce Plan mette fin à la concurrence déloyale, ce qui n’est clairement pas le cas aujourd’hui », souligne Marc Delire, président de G.T.L.

« Si le secteur des taxis disparaît à Bruxelles, les conséquences seraient particulièrement néfastes », précise Philippe Lescot, de la CSC-Transcom. « Non seulement parce que des centaines d’emplois de qualité seraient remplacés par des mini-jobs précaires, mais aussi parce que les principes d’accessibilité du taxi à tous, de transparence des prix et de protection du consommateur seraient mis à mal. « Il est donc plus que temps d’agir si on veut empêcher une multinationale sans foi ni loi de mettre définitivement à mort le secteur des taxis bruxellois. » , ajoute Sandra Langenus de la FGTB-UBT.

« Nous demandons aux responsables politiques bruxellois de prendre leurs responsabilités et de venir à notre secours. D’une part nous leur demandons d’enfin mettre sur la table un Plan taxi digne de ce nom, d’autre part nous leur demandons de mettre en place davantage de contrôles policiers des nombreux véhicules Uber qui proposent des services de taxi à Bruxelles sans bénéficier de la licence pour pouvoir le faire. Les infractions sont flagrantes et quotidiennes : il faut absolument que les polices des différentes communes bruxelloises y mettent fin immédiatement », dit Sam Bouchal, de la FEBET.

« L'arrêt de la Cour de Justice de l’Union européenne du 21 décembre 2017 ne laisse aucun doute à ce sujet », ajoute Abdelkarim Darid’Elite Taxi. « Il stipule clairement que les entreprises telles qu'Uber doivent être considérées comme des services de transport et doivent donc remplir les mêmes conditions que ceux-ci ».

Au programme de ce mardi 16 janvier : un dernier hommage au défunt taxi bruxellois à partir de 9h00 à la Place Poelaert, suivi d’un cortège funèbre qui emmènera le défunt dès 10h00 vers le Cabinet du Ministre-Président Rudi Vervoort. Le cortège, derrière lequel marcheront les chauffeurs de taxis bruxellois, déposera ensuite une gerbe au Parlement de la Région de Bruxelles-capitale.

Le Front Commun des taxis bruxellois réunit les principales associations professionnelles d'exploitants et les syndicats. Il s’agit de A.T.B., AUTOLUX, ELITE TAXI BELGIUM, FEDERATION BELGE DES TAXIS, INGOBOKA TAXIS, TAXIS BLEUS, TAXIS UCCLOIS 2000, TAXIS UNITED, UNITAX, UPETB, UPETTC, LES PARTENAIRES SOCIAUX : FGTB-UBT, CSC-TRANSCOM, G.T.L.

Pour plus d’informations

Marc Delire (G.T.L.)

E-mail : delire@taxisautolux.be

 

Sam Bouchal

(FEBET - Fédération Belge des Taxis)

GSM : 0475 74 82 50

E-mail : mol-tax@live.be

 

Philippe Lescot

(CSC-TRANSCOM)

GSM : 0478 88 33 51

E-mail : plescot.transcom@acv-csc.be

Sandra Langenus

(FGTB-UBT)

GSM : 0473 85 30 18

E-mail : sandra.Langenus@BTB-ABVV.BE

Abdelkarim Dari

(Elite Taxi)

GSM : 0488 48 33 48

E-mail:EliteTaxiBelgium@outlook.fr

 

 

 

 

Vous trouverez ICI le texte complet du communiqué de presse en version pdf.

Top